Le veau vélo de Ravel

Imaginons une vache en forme de vélo, la pipette des pneus servant de pis.

Le genre d’animaux qui n’existe que dans les messages de Marc.

Quand notre vache-vélo vêle, elle donne naissance à un veau-vélo.

Si le fermier s’appelle Ravel, nous obtenons donc le veau-vélo de Ravel.

Pour aider à la naissance, rien de tel que de la belle musique grandiose et rythmée pour soutenir les efforts de poussée.

Le Boléro de Ravel est tout indiqué.

Si le fermier est avenant et qu’il a sauvé ses vaches d’une mort certaine en pratiquant la césarienne, il est un bel héros.

C’est donc ainsi que Luc Varenne résuma l’événement sportif en disant :

Le veau-vélo du bel héros Ravel, fan d’Othello, est né sous le Boléro de Ravel. Bientôt il recevra un bol d’avoine du fermier Balavoine (un cousin) qui bat l’avoine sous un air de Balavoine. Ce veau-vélo courra bientôt comme un lapin de garenne, par monts et par vaux. Notons encore qu’un veau-vélo mâle n’a pas de pipettes, mais des pipeaux, et ça, ce n’est pas du pipo.

Marc

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Jeancri (jeudi, 26 février 2009 21:00)

    J'ai moi aussi fait quelques recherches sur ces veaux qui ne sont pas de race pure, et sont parfois croisés avec des familles voisines plus éloignées qu'on n'imagine.

    Les veaux-race sont assez rares même... Voici quelques exemples:

    Ainsi on a les veaux-taies qui ont toujours leur petit succès les lendemains d'élections un peu trop fêtés.
    On a le banquier-payeur pour les vacances à l'hôtel, le veau wtcher
    On a le promeneur, le veau tour
    On a le timide, veau su(r)-Sûre
    On a bien sûr le veau xpopuli, porte parole des petits de ce monde...

    On a encore le veau-allié, si joli à observer promené par le vent sur la mer
    Le veau - les balles, appelé comme ça parce qu'on s'amuse à le faire sauter au dessus d'un filet...
    Quelques-uns sont de sang bleu... On a Veau-le-vicomte, par exemple, qui est assez connu.

    Et le veau d'or, alors ? On pourrait le croire très heureux, pourtant on en a rarement entenedu tant râler, veau si ferré.

    JC

  • #2

    Lecht Heurt (dimanche, 27 septembre 2009 04:46)

    Dévalant les pentes des vallons clivés par l'érosion, le voleur de levain s'échappa du village et mit les voiles. Il avala le vin qui lui restait avec des alevins et des olives aux âcres effluves. Il enleva et dévalisa une femme ovulante dans une alcôve près d'un volcan plein de lave. Le produit du vol lui permit de prendre l'avion et de s'envoler au loin. C'est durant l'Avent qu'il arriva dans un pays du Levant, où il vola un vélo qu'il trouva lové contre un veau élevé parmi la volaille dans la cour d'une villa lavée par des valets avalant de la lavande à flan d'une vallée loin de la ville délavée par le vent humide. Quand la police livide retrouva le vélo volé aux roues voilées, il fut évalué à une valeur qu'aucun veule laveur de voiles éveillé tôt matin eut voulu payer au pied levé. Le voleur jeta son dévolu sur le métier d'éveilleur de vieillards, veillant à réveiller à la veille du réveillon vieux et vieilles qui voulaient apprendre à évoluer sur la piste de danse. Plus tard il se lança dans l'élevage de vaches dont le vêlage lui procura force veaux qui furent décimés par des louves évoluées. Il s'acheta un voilier dont l'envie l'avait longtemps travaillé, mais n'étant pas marin au premier brin il fut emporté sous les vagues. Et voilà.