Le vendeur de radis

Le vendeur de radis, ce vendredi, a mal au ventre.

Son ventre dit « raah ».

C’est qu’il a faim, notre vendeur de radis. Et les mangeurs de radis ne courent pas les rues. C’est pas qu’ils sont radins, c’est surtout qu’ils n’ont plus un radis ni même un dirham sur eux pour payer les radis : rentrée des classes oblige, tout l’pognon a filé dans les cahiers et plumiers des petiots.

 

Alors, le vendeur de radis mangea ses radis pour pas un radis. C’était pas mardi gras pour lui.

 

Sa dame lui dit : ça te dit de vendre tes radis ce samedi au marché de Rady?

 

Samedi ? oui ça me dit. Et samedi il vendit avec sa dame ses radis à Rady, notamment à Saddam, un homme friand de radis. Saddam paya beaucoup de dinars pour les radis qu’il obtint au rabais.

 

-          Rââ, dis, qu’ils sont bons ces radis ! s’extasient Saddam et sa dame en rentrant chez eux, marchant sur le macadam que dament des ouvriers dans un ramdam pas possible. Ils offrirent quelques radis au raïs du village qui, ravi, fit convoquer le vendeur de radis.

-          Vendeur de radis, mon estomac irradie de bonheur avec tes radis. Je radie mon ancien marchand et te nomme fournisseur de radis de mon harem.

 

Voici le message du vendeur de radis, suite à cette belle tirade : « Pardi les gars, ne restez pas en rade dans la vie ! Soyez hardis ! »

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Lecht Heurt (vendredi, 21 novembre 2008 23:56)

    Le vendeur de rats dira, quant à lui: mes rats disent qu'ils sont heureux d'être vendus. Car faut être vendu pour être rat. Les rats se vendent bien durant l'Avent sur le pas de notre devanture. La vente de rats est une aventure rentable. Qui vendra ses rats s'en vantera longtemps, ça ne ratera pas. Les rats, rates et ratons se ratellent au râteau (n'oubliez pas: pas de raffut à l'affût des rats!) et mangent à plusieurs râteliers. Devenus dodus, on peut en faire une ratatouille gratinée aux radis qui se vend en rata arrosé de ratafia.