Mercredi

Le mercredi est un jour merveilleux puisqu’il signifie depuis toujours en Belgique, même si ce n’est plus vrai à nos âges, « congé après-midi », ou encore « milieu de semaine », et comme on le sait, les deux derniers jours de la semaine passent plus vite que les deux premiers, ce qui signifie que l’arrivée du mercredi signifie l’accélération de l’arrivée du w-e avec toutes ses balises de bonheur potentielles. Me suis-tu, cher lecteur ?

 

Le mercredi est aussi le raccourci bien connu de la mer de crevettes, dis !

S’il est crevant de voir des crevettes batifoler dans les eaux saumâtres, il est moins crevant d’observer des crevettes crevées sur la grève, même si leur coût exorbitant grève notre budget. Si on convainquait les Wallons de remplacer la gréviculture par la crevetticulture, notre économie serait sans doute plus florissante ! Tu pourrais alors te déplacer en corvette de luxe, pendant que d’autres font les corvées à ta place. Tu aurais la meilleur part, tandis que ces corvidés se contenteraient de corps vidés.

 

Revêches, les crevettes prennent leur revanche et vengent leurs sœurs crevées par les effrayantes chouettes chevêches. L’évêque sonne les vêpres et les prêtres s’apprêtent à prester sans pester les funérailles des crevettes crevées. Condamnées, les chouettes effraies défrayent la chronique et se mettent à braire d’effroi devant les chats faux préparant l’échafaud.

 

Marc

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Lecht Heurt (samedi, 22 novembre 2008 00:24)

    L'un dit d'elle son agacement: "Marre!" dit-elle à sa mère, créditée de mauvais gré pour son conseil: "Je dis de ne pas vendre dix sacs de ça mais dix sacs de sable pour une dîme en chiffres sonnants."

  • #2

    Marc (samedi, 22 novembre 2008 00:29)

    Cher Lecht Heurt, je suis ravi de voir tant de répondant de haut vol! Je me délecterai bien de découvrir, sans te heurter, qui se cache derrière ce nom éclectique si heureux!

  • #3

    Lecht Heurt (dimanche, 27 septembre 2009 19:40)

    Le jour de la fête des rois j'enviais les chanceux. Mon copain Jean vit étendu dans son assiette un morceau de gâteau avec une fève vrillée dans la pâte. J'en avais marre: c'est toujours le même qui gagne, se gave, rit, luron trop joyeux. Mais je vais lui donner un mets empoisonné joint à du jus hier préparé, où j'ai incorporé des cèpes tant brûlants qu'il ne sera plus qu'une loque, tôt brisée par le sort. Maintenant ce péquenot vend brèmes et brebis tel un décent braconnier dans un village de Sambre-et-Meuse.