La dent bleue

Chers lecteurs édentés et lectrices à dentier,

 

Je viens de découvrir un grand secret que je veux vous dévoiler, ainsi ce ne sera plus un secret.

L'autre soir, je me retrouvais bien confortablement installé dans le fauteuil chez mon dentiste.

 

Une carie nécessitait l'intervention incisive du brave praticien.

Une double piqûre délicieusement douloureuse (les larmes au coin de l'oeil trahissent la douleur que virilement nous tentons inutilement de dissimuler) m'avait endormi la zone opératoire.

Alors j'étais relax, et le "dentesque" expert fraisait joyeusement ma canine dans un petit nuage de poussière  minérale, et dans le concert aigu de la mini-foreuse vrillante et stridante, doublé par le bruit gargaristique de l'aspirateur à salive calé au coin des lèvres.

 

Le trou nettoyé, mon trafiquant d'ivoire entreprit de préparer la pâte pour le combler.

Les progrès de la dentisterie sont fameux: on est passé d'un alliage métallique infâme et pas beau à une jolie résine blanche façonnable à merci.

L'homme de l'art vous façonne la dent avec cette pâte molle, puis prend un appareil qui projette une petite lumière bleue sur la pâte.

La réaction de la pâte sous ce bronzage forcé est extraordinaire: après quelques secondes d'exposition à la lumière bleue, elle se polymérise et durcit comme du béton armé.

Quelques heures plus tard vous pouvez à nouveau croquer une pomme ou dévorer un steak bien cuit sans craindre d'y laisser plantées vos gencives.

 

...

 

Mais d'où vient cette petite lumière bleue aux miraculeuses propriétés?

Voici le secret, mes chers amis.

C'est le secret du "bluetooth", raccourci pour "blue light for reinforcing tooth": "lumière bleue pour renforcer la dent"!!!

 

Vous avez sans doute entendu ce terme technique associé à une connexion magique sans fil permettant de relier par exemple votre téléphone portable à votre ordinateur: la connexion "bluetooth".

En réalité ce terme a été inventé par un concepteur informaticien qui souffrait d'une terrible rage de dents!

Il fut subjugué par la lumière bleue émise par l'appareil du dentiste. Celui-ci lui en révéla l'origine: c'est du bleu du ciel concentré!


C'est parce que le ciel est bleu qu'il y a de solides montagnes sur notre planète! Le rayon bleu du ciel durcit la terre meuble et crée la roche.

Il fallait y penser et oser faire le lien!

Transféré en électronique, le petit rayon concentré et invisible simule un bon vieux câble électrique bien solide entre les appareils.

La télépathie inter-machines s'instaure et les machines communiquent à qui mieux mieux: pas de bug, tout ronronne à l'unisson!


Rendez-vous compte, les amis. Si nous récoltons un peu de bleu du ciel, le concentrons et en buvons chaque matin une dose sous forme de sirop ou de bleu du ciel à l'eau, notre regard enverra un rayon bleu ciel invisible vers nos interlocuteurs.

La communication passera bien mieux entre les hommes. Et vous savez quoi? Les liens se consolident encore davantage en se souriant!

Dingue, non?

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Lecht Heurt (mardi, 27 octobre 2009 01:27)

    Dans ma bouche, les couronnes se succèdent sur tout le pourtour, avec de rares exceptions pour la plupart frontales. Les infâmes plombages de jeunesse ont fait place à des dents meilleures que nature. Un incident lors de ma dernière séance de dentisterie vaut d'être partagé. La petite lumière bleue bien des fois a illuminé ma cavité buccale, afin de polymériser de nouvelles aspérités mâchouillantes. Mais la dernière fois, la gentille préposée dont le métier est de maintenir la baguette magique au-dessus de la pâte blanchâtre pour quelques brèves secondes, reçut un coup de sans-fil de son petit ami. Bien sûr elle répondit et se lança dans une longue conversation, tout à fait passionnante à écouter car il s'agissait d'une engueulade à faire trembler toutes les gencives. J'appris bien des choses sur les mauvaises habitudes du petit ami—clairement en passe de n'être plus que petit—et un examen comparatif de conscience me fit réaliser combien je pouvais me promener la tête haute. Le hic est que pendant tout cet exercice oratoire, qui dura bien sûr un mauvais quart d'heure, la petite lumière bleue n'arrêta pas de se ballotter par ci par là avec agitation dans ma bouche forcément bée. Quand la colère féminine se calma, la charmante assistante laissa échapper un "Oh my God" qui me fit sursauter. Vite elle éteignit la baguette et contempla la cavité couronnée avec une grimace d'horreur—ce qui plongea ma vue dans sa propre bouche béante et me permit de conclure que ses dents à elle étaient encore toutes d'origine. Je voulus lui demander qu'est-ce qui la troublait, mais ma langue, complètement polymérisée, refusa de bouger. Ma mâchoire elle-même était bloquée, et un rapide passage de ma main sur les lèvres et le bas des joues me confirma leur extrême rigidité. Je me tournai vers le miroir et ne pus m'empêcher d'admirer l'aspect sculptural de toute cette zone de mon visage. Mes yeux mobiles au-dessus d'une bouche infermable me conféraient un faciès éminemment drôlatique, ce qui me fit éclater de rire—hum, façon de parler, car mes muscles zygomatiques ne répondaient plus à la décharge nerveuse. Et donc mon cerveau rigolait dur tandis que ma bouche ne laissait passer aucun son manifestant mon amusement. Ce fut si étrange que je fus pris d'un véritable fou-rire silencieux. Mes yeux finirent par trahir mon hilarité, ce qui surprit tout le monde. Car au cri de la préposée, bien du monde avait fait irruption dans le cabinet, y compris le dentiste de service qui m'avait laissé aux mains de son assistante. Ledit dentiste ne pensait qu'au procès que j'allais bien évidemment intenter, et voyait disparaître les images de yacht, de villa privée sur une plage des Caraïbes, et autres visions matérielles couvées depuis l'enfance. Mais soudain un phénomène inattendu se manifesta. De la pointe de ma langue jaillit un faisceau de lumière bleue fin comme un laser, mais perçant et radieux comme un ciel d'azur. Après quelques secondes, toute ma langue, vis-je dans le miroir, se mit à briller de bleu. Je sentis fondre la rigidité des joues et du menton. et la langue redevint également mobile. Puis il y eut comme un déclic, et mes couronnes se mirent aussi à émettre de la lumière bleue. Le spectacle était féerique et je ne pouvais détacher mes yeux du spectacle dans le miroir. Ledit miroir reflétait la lumière dans tout le cabinet, et baigna tout le monde d'une aura douce et sereine. Je me retournai vers le dentiste et ses employés. Plus personne ne bougeait. Ils étaient tous statufiés. Je fermai la bouche et la pièce reprit ses couleurs ambiantes. Mais cela ne changea rien à ces braves gens, totalement rigidifiés. J'attendis un bon quart d'heure pour voir s'ils n'allaient pas retrouver leur mobilité, mais rien ne se passa. Je pouvais sentir qu'ils étaient tous bien en vie, mais c'est comme si le temps s'était pour eux arrêté, les ancrant à jamais dans un même instant immuable. Je décidai de partir, mais en prenant d'abord soin d'effacer mon nom de leurs ordinateurs, calendriers, et autres dossiers, pour ne pas m'attirer des ennuis immérités. Depuis lors je reste silencieux en présence des gens que je respecte, mais deviens bavard en présence d'êtres indésirables. Je préfère dormir seul, car il m'arrive la nuit de ronfler, ce qui fait que ma bouche pendouille et laisse échapper des rayons bleus qui baigne toute la chambre. Je m'en suis rendu compte il y a quelques semaines, quand je me levai un matin et vis un cambrioleur sur le pas de ma porte, suspendu dans le temps. Une autre fois, j'allai voir un film comique au cinéma pour me dérider. La salle était comble. Elle l'est toujours.