Le chaton du pommier

Aujourd'hui nous rendons hommage aux pompiers. Les hommes du feu sont pleins de bravoure.

Ils sauvent des vies humaines au péril de leur vie.

Pas que des vies humaines d'ailleurs: sauver un nid de guêpes de la vindicte populaire ou un chaton bloqué en haut d'un arbre, cela entre aussi dans leurs attributions.

C'est ce qui est d'ailleurs arrivé au petit chat "Lutier".

 

Ce petit chat était paralysé de peur au sommet d'un pommier, et n'osait plus en descendre.

Il miaulait très fort. Les premiers à s'en inquiéter furent ses nombreux frères et sœurs.

Mais ils ne pouvaient l'aider vu leurs nombreuses occupations:

 - Le petit chat « Pitre » était très drôle ; un véritable comédien qui adorait la lecture.

- Le petit chat « Hut » passait son temps à miauler très fort en toute occasion, surtout à l’école.

- Le petit chat « Loupe », jumeau de Lutier, pêchait du poisson dans la rivière voisine.

- Le petit chat « Fouin », rusé comme un renard, ourdissait des sournoiseries perfides à toute la fratrie féline.

- Le petit chat « Grin », toujours triste et maussade, pleurait à chaudes larmes sans savoir pourquoi.

- Le petit chat « Let » préparait un bon feu de bois pour y faire fondre du fromage dans une marmite.

- Le petit chat « Leur » passait son temps au frigo pour se refroidir.

- Le petit chat « Lumeau » relisait l'histoire du dahu sur www.tontonmentor.com pour comprendre son origine.

- Le petit chat « Mailleur » se disputait avec ses cofélins et n'arrêtait pas de leur chercher noises.

- Le petit chat « Marré » regardait les beaux reflets de son pelage moiré dans un miroir.

- Le petit chat « Pardeur » chipait les pelotes de laine de ses compagnons.

- Le petit chat « Pelure » rapait du zeste de citron dans sa gamelle.

- Le petit chat « Rité » distribuait des cornets de souris frite aux chatons démunis.

- Le petit chat « Mois » sautait de roche en roche avec l'agilité d'un cabri.

- Le petit chat « Telain » se prenait de haut et toisait tout le monde de sa superbe.

- le petit chat « Peronrouge » avait fort à faire avec un loup assez vorace et une grand-mère passablement malade.

 

Ils firent donc appel aux pompiers. Convoqué, le pompier Pierpont délaissa son chapon et fut un des premiers à être sur le pont, à pied d'oeuvre.
Portant un poncho à pompon, le pompier grimpa au pommier. Mais le chaton était très haut. Le pompier se hissa dans les branches. Un papillon pompile effronté vient se poser sur le front du pompier sur le pont.
Surpris, le pompier décrocha, tomba et son corps se perdit dans les hautes herbes.
On ne le retrouva pas. Il fut emporté par la moissonneuse et mis au compost avec les herbes. L'ambiance était plombée.


Notons qu'un compost de pompiers s'appelle un pompost. Le pompost est très riche et sert à fertiliser les champs de potirons des postiers retraités.
Mais, se réveillant de son coma passager, le pompeux pompier éternua et fut sorti à temps du pompost.
On appela un plombier pour déboucher le nez du pompier enrhumé.
Le pompile quant à lui s'envola pile au-dessus des piliers du pont. Un bombyx, papillon gros porteur, bombarda le pompile qui s'enfuit se cacher sous le nez du pompier.
Les chatouillis du pompile firent à nouveau éternuer le pompier, si fort, que le pommier trembla.
Le chaton tout en haut sentit les branches vibrer, perdit l'équilibre, et tomba. Il retomba sur ses pattes.
C'est donc finalement grâce à un papillon et à notre pompier que le chaton fut sauvé.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Tritar Yves (mercredi, 22 avril 2009 10:41)

    Le pompier plombé d'un pommier tuyauté dans du pompost c'est une révolution ethnologique. une seule question me vient à l'esprit. Le pompier mangeait-il Bio? Une question subsidiaire? La voici, "Comment sauver un pompier qui a le rhume des foins quand celui-ci n'est plus que pailles et foin?" Cette histoire est troublante quand même... Un papillon qui sauve un Chat perché laissant derrière un pompier avec une stèle de compost...

  • #2

    Laurent DUMONTEIL (mercredi, 22 avril 2009 11:34)

    C'est le pompom là non ? Je vois que vous avez vos tuyaux dans le coup

  • #3

    Jeancri (mercredi, 22 avril 2009 22:17)

    Oui mais sais-tu ce qui se passe quand il n'y a pas de papillon (relisez http://www.tontonmentor.com/nouvelles/l-homme-papillon/ pour en mesurer toute la sainteté...) pour sauver le chaton ???

    Le petit chat reste en haut du pommier.
    Longtemps.
    Tout le temps.
    Il s'aggrippe très fort à l'écorce avec ses petites griffes.
    Le chaton devient chat.
    En automme quand l'arbre perd ses feuilles, il perd ses poils.
    Le chaton devient chat tondu.
    Progressivement il s'adapte à un mode de vie plus végétal. l'écorce coince progressivement les griffes tel un étau, et le chat est progreffivement graissé par ses griffes.
    Progressivement greffé par ses griffes.
    Le deuxième hiver, le chaton devenu chat tondu fait vraiment partie de l'arbre.
    Le chaton du pommier devenu chat devenu chat tondu devient chat tondu-pommier.
    (This closes the loop ; )

    Jeancri

  • #4

    maredmajo-888 (lundi, 27 avril 2009 00:41)

    "le petit chat"teigne" peste dans son coin et
    le petit chat "viré" ne s'est pas nager...
    Les mots sonnent, volent... pour notre plus grand plaisir.
    A quand la vie secrète du potiron?
    Marie-joe

  • #5

    Lecht Heurt (dimanche, 20 septembre 2009 22:01)

    Le chaton du pommier lécha thon du pot mi-ému, mi-détaché. Les chattes ont du pot: mie et croûte leur plaisent bien. Elles aimeraient beaucoup que le chat tonde huppes aux millets du champ. Monte dans ta calèche, Athon; dupe homme hiératique dont la flèche a tondu peau mièvre. Pêcheurs, vous qui léchâtes tondues paumes, hier, sachez que l'esche à thon du Pô mielleuse s'accroche facilement aux hameçons.