Les noirons

Cher lecteur immatériel!

Aujourd’hui nous parlerons d’un sujet essentiel à la survie de l’univers : les particules élémentaires. L’atome insécable de nos Anciens est devenu très sécable et on y trouve plein de particules folâtres étonnantes, comme des quarks, des hadrons, des bosons, des positrons, des neutrinos, des leptons, des fermions, des muons…

Les physiciens qui étudient les fondements de la Nature devinent l’existence de ces particules étranges puis ont l’art de les découvrir vraiment dans leur grand collisionneur de particules. Ce sont de grands devins !

Ils savent qu’avec les connaissances actuelles, c’est mal parti : l’expansion de notre univers serait infinie, et il n’y aurait pas d’espoir de retour.

Quelle angoisse ! Pour aller sur une autre planète dans un autre système solaire, il faudrait déjà au moins dépasser la vitesse avec laquelle elle s’éloigne de nous pour espérer nous en rapprocher !

Alors, désespérés, nos astro-physiciens recherchent la « matière noire », celle qu’on ne voit pas, mais dont on espère la présence. Car grâce à elle, la masse de l’univers deviendrait suffisamment grande que pour freiner, puis stopper l’expansion, et revenir en arrière vers un grand Big Crunch plein d’appétit.

Au moins alors, il suffirait d’attendre que la planète convoitée se rapproche de nous pour y aller d’un saut de puce vite fait. D’ici 20 ou 50 milliards d’années sans doute : pas de quoi s’affoler. Surtout que nous aurons disparu bien avant, dès ce siècle-ci au train où vont les choses…

Cher lecteur, je te le demande. Pourquoi dépenser les sous de l’humanité en grande quantité pour rechercher une matière qui est sous nos yeux tous les jours ?

Dès que le soir et la nuit tombent, il fait noir partout. Dès que tu fermes la porte de ton frigo, le noir épais s’y installe. Si tu vas dans ta cave, même en plein jour, et que tu n’appuies pas sur l’interrupteur, il y fait noir. Cette matière est partout ! Nous la voyons de nos propres yeux ! C’est d’ailleurs pour l’éclairer que l’homme met des ampoules. Les particules qui composent le noir sont des « noirons ».

Où naissent les noirons ? Ne noyons pas le poisson. Ils naissent soit dans les pois ronds, soit dans les noix rondes (plus rares). C’est pour cela qu’à l’intérieur des cosses de haricots et des coquilles de noix, il fait noir. Quand on les ouvre, les noirons s’échappent, et la nuit tombe.

Ne nous arrêtons pas de manger des petits pois. Ne nous arrêtons pas de manger des noix. Parce que moi, pour bien dormir, j’ai besoin qu’il fasse noir dans ma chambre !

Marc Le fou

Écrire commentaire

Commentaires : 0