Célibataire ?

L’homme célibataire est par définition un homme heureux. En effet, son glorieux qualificatif contient du sel, un lit, implique qu’il est battant et reste les pieds sur terre.

 

 

Par exemple, quand il bat son partenaire occasionnel au lit, cela met du sel dans sa vie, et c’est un acte à ne pas taire.

 

Heureusement, en ces temps troublés, ceux qui élevaient des cochons roses ont pu subvenir à leurs besoins alimentaires ainsi qu’à ceux de leurs proches. Car dans le cochon tout est bon.

Si notre célibataire ne mène pas une vie très propre, on peut dire parfois qu’il mène une vie de cochon.

 

Mais voilà.

Vaut-il mieux être un célibataire cochon, ou manger du cochon célibataire ?

Il semble que le cochon célibataire aurait une viande moins goutue que le cochon qui copule régulièrement avec une truie à lui dévolue. Les mouvements de va-et-vient rénaux faciliteraient le mouvement des fluides internes et leur diffusion harmonieuse dans les muscles. La viande est ainsi plus tendre, puisque plus régulièrement orgasmiquement détendue. Et cette détente serait paraît-il d’autant meilleure qu’elle est légitime.

C’est pourquoi, par extension, induction et déduction, il est normal qu’il soit tentant pour le célibataire de désirer mettre fin à terme à son célibat papillonnant, afin de rendre sa chair plus tendre pour l’heureuse élue.

 

Hum, hum.

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Emmanuel VAN DAM (dimanche, 21 décembre 2008 06:14)

    Et c’est pourquoi Chers lecteurs, je me dois de vous proposer aujourd'hui une recette de circonstance, assaisonnée pour Marc qui les aime assez salaces.
    Le cochon en croûte de sel, une salaison assez salée.

    Notre rédacteur se contente de vanter le plaisir éprouvé à consommer la truie sans pour autant en proposer la recette.

    Le sel "Ibat" est une hormone amidonnée exclusivement présente chez le cochon célibataire mâle en période de privation sexuelle. Elle se présente sous forme de carte géographique lyophilisée dès l'âge de la puberté du cochonnet, et disparait dès que le sujet se trouve une cochonne à son goût, éphémère ou durable.

    Le cochon en croûte de sel, contrairement à de nombreuses croyances, n'est pas une recette de cuisine, mais une doctrine de vie selon laquelle le célibat peut s'avérer une source inépuisable de satisfaction sexuelle. Le cochon célibataire s'encroûte (de sel?) dans une vie sexuelle ennuyeuse...Que nenni, changer d'herbage régulièrement lui procure un surcroit de chlorophylle qui lui procure une vivacité bien supérieure à celle du cochon qui jouit d’une truie légitime.

    Voilà qui alimente la théorie de notre rédacteur préféré, selon laquelle la chair du cochon célibataire est plus tendre pour la truie, elle est aussi moins épicée…

    A vous de choisir, chères petites cochonnes, si vous préférez le cochon tendre ou épicé…votre choix se posera de toute façon sur sur un cochon, quoi qu'il advienne!

    Manu

  • #2

    Lecht Heurt (vendredi, 26 décembre 2008 00:58)

    Ce Lee battait rudement sa femme dans la laiterie, car ycelle y battait rageusement le lait pour en faire du beurre, et Lee n'aimait pas le beurre cru. Il fallait qu'elle y mette du sel, y batte air et sucre; lui ensuite, qui y excelle, y bat terre et eau pour ajouter de la boue. Rien de tel que la mousse au faux chocolat pour calmer ceux qui à cause du célibat errent dans la folie. Puisse Élie, bah, taire sa crainte et flanquer une ratatinée à ce Lee bas, terreux, au regard porcin.

  • #3

    Lecht Heurt (vendredi, 26 décembre 2008 03:35)

    Qui sait, Lee, battèrent-ils le matelas avant de le mettre sur ce lit bas, taie rouge d'oreiller en sus? Qui est coupable? C'est Lee. Batteur de qui? Sa femme Terry. Ce Lee bat Terry? Lee nie et s'élit batteur de tambour jouant un insolite air. Est-ce alors le Chinois, Li? Ce Li boit thé raide et scelle ses lippes à taire la vérité. Nous ne tirerons rien de plus de ces vieux garçons solitaires.

Newsletter