Le lapivreuil

Aujourd’hui nous parlerons du lapivreuil.

 

Le lapivreuil est un animal rare.

 

Il est le produit du croisement entre le lapin et le chevreuil.

 

Morphologiquement, le résultat donne un lapin, mais dont la tête porte les bois du chevreuil.

 

La période de rut, automnale chez le chevreuil, devient permanente chez le lapivreuil.

 

Le large terrier, construit grâce à l’action excavatrice des andouillers, est bien nécessaire pour accueillir les nombreuses portées.

 

La lutte pour la survie est terrible. En effet, les lapivreuils copulent sans arrêt. Les lapivreaux naissent de façon quasi continue, grâce aux propriétés matricielles remarquables de la lapichèvre. Les lapivreaux ont bien de la peine à atteindre les mamelles vite taries de la maman, toujours en train de copuler. Seuls les lapivreaux situés au plus près du couple en chaleur ont quelque chance de survivre, léchant avidement les fluides protéinés qui fuitent de ci delà des organes copulateurs frénétiques. Les lapivreaux repoussés en périphérie meurent rapidement de faim et de soif et tombent en poussière.

 

Une fois ses lapichèvres épuisées, au bout de 3 mois environ, le lapivreuil polygame quitte le terrier et se bat rudement avec ses concurrents pour dominer les hardes de lapichèvres encore vierges. Doué d’une libido hors du commun, le lapivreuil mâle prend à peine le temps de manger, juste de quoi recharger ses batteries rénales.

 

Cette capacité de tirer son coup à de multiples reprises à inspirer les fabricants de lapichevrotine.

 

C’est pourquoi il ne faut pas dilapider ses richesses de lapis lazuli. Ça n’a rien à voir, mais c’est comme ça.

Marc

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Newsletter